Agroécologie: changer radicalement notre façon de faire face à l'insécurité alimentaire et aux changements climatiques

Article traduit, de Josianne Gauthier
Commons Dreams:: "Agroecology: Radically Changing How We Face Food Insecurity and Climate Change"


Nous avons besoin d'une transformation profonde et radicale, d'une reconversion du système alimentaire mondial.

Agroécologie: changer radicalement notre façon de faire face à l'insécurité alimentaire et aux changements climatiques

Tout autour du monde, des gens migrent à l'intérieur et au-delà des frontières, et pour beaucoup d'entre eux, poussés par la faim et l'insécurité alimentaire.

Nous savons que le changement climatique, les conflits et l'instabilité politique nuisent à la sécurité alimentaire, mais si les communautés sont encore confrontées à la faim aujourd'hui, c'est à cause de la manière imparfaite et dommageable dont nous produisons et distribuons la nourriture dans le monde entier.

En effet, au cœur du problème, et peut-être la solution, se trouve notre relation même à la nourriture et à la terre sur laquelle elle pousse. L'insécurité alimentaire est largement induite par un système alimentaire fortement contrôlé par l'agrobusiness, que l'on pensait être le seul modèle capable de produite de grandes quantités de nourriture... et de déchets.


Plus de nourriture ne veut pas forcément dire moins de faim !


Les chiffres sont clairs: en 2016, le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde a atteint quelque 815 millions, contre 777 millions en 2015.

De plus, 75% des pauvres du monde dépendent encore de l'agriculture et des ressources naturelles pour leur subsistance. Malgré cela, ils sont aussi les plus exposés à l'insécurité alimentaire, ce qui pousse nombre d'entre eux à migrer vers les zones urbaines ou d'autres pays à la recherche de meilleures conditions de vie, avec une grande incertitude pour leur avenir et celui de leur enfants.

La faim ne diminue pas, elle augmente. Nous devons nous attaquer à ses causes profondes, sans chercher à augmenter la production. La question est, comment pouvons-nous nous éloigner de cette perspective inquiétante ? 

Il faut un changement radical.

Le changement le plus difficile est peut-être de percevoir la richesse et les ressources de la planète non pas comme des marchandises à notre disposition, mais comme d'autres organismes vivants avec lesquels nous devons interagir et partager la terre.


Pourquoi l'agroécologie ?


Nous avons besoin d'un système et des politiques qui permettent aux gens et aux petits agriculteurs d’accéder à la terre, aux graines et aux ressources.

Nous avons besoin de créer les conditions favorables qui permettent aux communautés rurales de travailler, s'épanouir et vivre.

L'agroécologie nous offre un accès à un système alimentaire réellement durable, et transforme radicalement la façon dont comprenons et pratiquons la production et consommation de nourriture.

Dans différents contextes autour du monde, l'agroécologie a démontré le potentiel pour augmenter la productivité, les rendements et la biodiversité, revitaliser les sols endommagés, améliorer la santé et la nutrition, renforcer la résilience et la cohésion dans les communautés tout en luttant contre le changement climatique.

L’agroécologie ne fait pas que revitaliser les écosystèmes, mais aussi les communautés, car elle renforce le pouvoir des agriculteurs et des paysans, en particulier les femmes.

Elle rapproche également les consommateurs des agriculteurs et de la nourriture qu'ils mangent, remettant en cause les pratiques actuelles, en nous reconnectant aux produits locaux et saisonniers et en rétablissant notre relation avec la nature. Ce sont des ingrédients essentiels pour des communautés dynamiques, durables et justes, où chaque personne et chaque écosystème compte et prospère


Mais pour que l'agroécologie prospère, il faut des politiques de soutien. 

 
Pourtant, alors que les dirigeants ont signé et se sont engagés sur l'Accord de Paris et l'Agenda 2030 pour relever les défis les plus urgents, on constate une concentration croissante dans le secteur agroalimentaire, comme ces deux fusions récentes, Syngenta-ChemChina et Dow Chemical-DuPont, le montrent, limitant ainsi l'accès, réduisant l'autonomie des petits agriculteurs, affaiblissant le tissu social de leurs communautés, affectant notre santé et la planète

Malheureusement, au lieu de soutenir des pratiques innovantes telles que l'agroécologie, de fausses solutions telles que l'agriculture intelligente face au climat et d'autres solutions basées sur la haute technologie continuent d'être favorisées par les décideurs politiques et les grandes entreprises.

Derrière de telles initiatives, ce qui continue d'être promu, c'est un système alimentaire dominé par une agriculture industrielle à grande échelle et des monocultures qui dépendent fortement des engrais chimiques et des pesticides, faisant du secteur agricole un important émetteur de gaz à effet de serre

Nous connaissons déjà la perte de biodiversité, l'érosion des sols et des pertes de rendement dévastatrices en cas de conditions météorologiques extrêmes à travers le monde; c'est donc un mélange dangereux face aux impacts climatiques. (...)

La Journée mondiale de l'alimentation de 2017 a mis l'accent sur les liens entre (in)sécurité alimentaire et migration, mais à moins de nommer et d'aborder les causes profondes de l'injustice, de l'insécurité alimentaire et des crises climatiques, et de proposer des solutions qui prennent en compte le bien-être des personnes, le respect de leur dignité humaine et la protection de nos écosystèmes, nous ne pourrons pas opérer le type de transformation profonde qui est nécessaire.


Source

Derniers articles sur la sécurité alimentaire:

Posts les plus consultés de ce blog

L'agriculture saharienne il y a 10000 ans confirmée par les chercheurs

Les différentes voies qui ont mené à l'agriculture

L'une des forêts les plus menacées au monde a été plantée à l'origine par l'homme d'après des archéologues