Une étude montre qu'il vaut mieux utiliser le maïs comme aliment plutôt que comme biocarburant

On fait pousser le maïs pas seulement pour l'alimentation: c'est également une importante source d'énergie renouvelable.

Les biocarburants renouvelables peuvent cependant être source de problèmes économiques et environnementaux cachés, et la question de savoir s'il vaut mieux utiliser le maïs comme nourriture plutôt que comme biocarburant persiste depuis l'arrivée de l'éthanol.

Pour la première fois, des chercheurs de l'Université de l'Illinois ont quantifié et comparé ces problèmes en termes d'économie de l'ensemble du système de production pour déterminer si les avantages du maïs biocarburant l'emportent sur les coûts.

Dans une nouvelle étude, le professeur Kumar et l'étudiante Meredith Richardson ont découvert qu'utiliser le maïs comme biocarburant a de plus grands coûts environnementaux et de plus petits bénéfices que d'utiliser le maïs comme nourriture. Photo by: L. Brian Stauffer

Le professeur Praven Kumar, ingénieur civil et environnemental, et Meredith Richardson, étudiante diplômée, ont publié leurs découvertes dans le journal Earth's Future. Faisant partie d'un projet du National Science Foundation qui étudie l'impact environnemental de l'agriculture aux Etats-Unis, le groupe illinois  a introduit une approche compréhensive du système agricole, appelée services de la zone critique, en analysant l'impact des cultures sur l'environnement en termes monétaires.

"La zone critique est la couche perméable du paysage près de la surface terrestre qui s'étend du haut de la végétation jusqu'à l'eau souterraine" explique Kumar, "l'apport de l'homme en ressources et énergie impliquées dans la production agricole modifie la composition de la zone critique, et nous pouvons convertir cela en coût social"

Pour comparer l'efficacité énergétique et les impacts environnementaux de la production de maïs et son traitement pour l'alimentation ou le biocarburant, les chercheurs ont inventorié les ressources nécessaires pour la production du maïs et son traitement; puis ils ont déterminé l'impact économique et environnemental de l'utilisation de ces ressources.

"Il y a beaucoup de concepts abstraits à affronter lorsque l'on discute des effets induits pas l'homme dans la zone critique dans les environnements agricoles" ajoute Richardson, "nous voulons présenter cela de manière à montrer la valeur en dollars équivalente à l'énergie humaine dépensée dans la production agricole et combien l'on gagne lorsque le maïs est utilisé comme nourriture ou comme biocarburant".

Kumar et Richardson ont prit en compte de nombreux facteurs dans leur analyse, y compris l'évaluation de l'énergie nécessaire pour préparer et maintenir le paysage pour la production agricole pour le maïs et sa conversion en biocarburant. Ensuite, ils ont quantifié les bénéfices environnementaux et les impacts en termes de services de zone critique, représentant les effets sur l'atmosphère, la qualité de l'eau et la valeur sociétale du maïs, à la fois en tant qu'aliment et que biocarburant.


En termes monétaires, leurs résultats montrent que la valeur nette sociale et économique de la production de maïs alimentaire aux Etats-Unis est de 1.492$ par hectare contre une perte de 10$ par hectare pour la production de maïs biocarburant.


L'évaluation a prit en compte à la fois les effets à court terme et à long terme, tels que les nutriments et le stockage du carbone dans le sol. "Nous avons trouvé que la plus grande partie des impacts environnementaux provenaient des flux de nutriments dans le sol. Le rôle du sol est souvent négligé dans ce type d'évaluation, or, observer le paysage comme une zone critique nous oblige à l'inclure," explique Richardson.

"L'utilisation du maïs comme source de carburant semble être un chemin facile vers les énergies renouvelables", rapporte Richard Yuretich, directeur du programme NSF (National Science Foundation) pour l'Observatoire de la Zone Critique, "cependant, cette étude montre que les coûts environnementaux sont bien plus grands, et les bénéfices moindre, lorsqu'on utilise le maïs comme carburant."


L'étude est disponible ici: "Critical zone services as environmental assessment criteria in intensively managed landscapes"


Source:

Posts les plus consultés de ce blog

La plus ancienne trace de pomme de terre sauvage cuisinée découverte aux Etats-Unis

Il y avait des lacs et des zones humides dans le Désert d'Atacama

La flexibilité culturelle, clé de la survie en période de sécheresse extrême des anciens hommes du sud de l'Afrique.