De nouvelles données soulèvent le risque des pesticides dans les ruches

Les abeilles, utilisées pour polliniser les cultures lors de la saison des floraisons, se trouvent en danger en raison des pesticides persistants et errants, selon une étude de l'Université de Cornell qui a analysé la nourriture des abeilles.

De nouvelles données soulèvent le risque de pesticides dans les ruches
Credit: Credit: Emma Mullen

Les chercheurs ont utilisé 120 colonies d'abeilles vierges qui ont été placées près de 30 vergers dans l'état de New-York. Après avoir laissé les abeilles butiner pendant plusieurs jours lors de la période de floraison de la pomme, les scientifiques ont examiné le pain d'abeille (du pollen mélangé avec du miel et conservé par la fermentation lactique) de chaque ruche pour chercher des traces de pesticides.

Dans 17% des colonies, le pain d'abeille a révélé la présence de niveaux élevés d'exposition aux pesticides, tandis que 73% ont eu des expositions chroniques.

"Étonnamment, on ne connait pas très bien l'ampleur du risque ou des mécanismes d'exposition aux pesticides lorsque des abeilles domestiques sont amenées à polliniser les grandes cultures agricoles" explique  l'auteur principal Scott McArt, professeur assistant en entomologie à Cornell, "Les apiculteurs sont très préoccupés par les pesticides, mais il y a très peu de données provenant du terrain. Nous essayons de remplir ce vide dans nos connaissances, afin qu'il y ait moins de mystère et plus de faits concernant ce sujet controversé".

Plus de 60% des pesticides trouvés ont été attribués aux vergers et terres agricoles environnantes qui n'ont pas été pulvérisées pendant la saison des pommes, selon l'étude.

McArt pense que ces insecticides persistants sont destinés à d'autres cultures pouvant entourer les vergers. De plus, les pulvérisations avant floraison dans les vergers peuvent s'accumuler dans les mauvaises herbes à fleurs environnantes.

"Nous avons constaté que le risque était attribué à de nombreux types de pesticides. Les néonicotinoïdes son loin d'être les seuls, mais ils en font partie. Comme les néonicotinoïdes sont persistants dans l'environnement et s'accumulent dans le pollen et le nectar, ils sont préoccupants. mais l'une de nos plus importantes découvertes est qu'il y a beaucoup d'autres pesticides qui contribuent au risque."

L'étude a été publiée dans Nature Scientific Reports: "High Pesticide Risk to Honeybees Despite Low Focal Crop Pollen Collection During Pollination of a Mass Blooming Crop"

Cette recherche a été financée par le New York Farm Viability Institute


Source:

Posts les plus consultés de ce blog

Des anciennes graines de fève sur un site préhistorique pourraient avoir un impact sur les cultures actuelles

Les scientifiques ont longtemps craint la rétroaction climatique: maintenant, c'est en train d'arriver

Avant de diversifier l'agriculture, il faut d'abord diversifier les questions que nous posons